Réinitialisé

Toute personne ayant déjà quitté un emploi pour en chercher un autre le sait, il s’agit d’un moment de passage à vide où l’on a l’impression de faire un « reset professionnel », soit de se réinitialiser pour un nouveau défi.

En dressant l’inventaire de nos expériences passées, on obtient un portrait assez clair de notre passé mais lorsqu’on cherche un nouvel emploi, on se concentre davantage sur ce qu’on veut, à savoir notre futur.

Le fait d’avoir choisi de se réinitialiser, au plan professionnel, comporte de nombreux avantages.

Par exemple, alors que la plasticité plus ou moins persistente de notre ancien emploi s’amenuise, au fil du temps, notre ouverture à de nouvelles va en grandissant. Se sentant moins lié à ce qui constituait notre réalité professionnelle passée, on veut relever des défis qui ne sont pas exactement ceux auquels notre curriculum vitæ nous pressentirait.

Pour certains recruteurs, c’est une mauvaise nouvelle car toute dérogation à ce qui constitue notre « principale qualification » nous fait perdre de la valeur, à leurs yeux. Comme si un vendeur ne pouvait être qu’un vendeur, toute sa vie… parce qu’il est bon comme vendeur! Évidemment, il y a tellement de variétés d’emplois liés à la vente qu’un simple changement de secteur d’activité peut transformer un emploi de vente en nouveau défi professionnel mais il n’y aurait rien de mal à contempler un emploi d’agent d’information qui n’a rien à voir avec la vente mais qui fait appel à d’autres compétences qui peuvent être présentes ou développées, en peu de temps.

Pour les autres recruteurs, ceux ayant davantage de talent pour dénicher des travailleurs qualifiés mais non-déclarés, les futurs employés sont d’abord ceux qui ont fait une coupure avec leurs ancien emploi —d’où la réinitialisation— dans le but d’en occuper un nouveau. Et ce nouvel emploi peut être dans un domaine plus éloigné des compétences passées. Tous les emplois n’ont pas besoin d’un baccalauréat en çi ou en ça. Il suffit parfois de vouloir y mettre les efforts et le reste s’ensuit.

Rappelez-vous Steve Jobs qui n’a jamais terminé son programme d’études au collège. Ses pairs doutaient de sa capacité à réussir professionnellement parce qu’il n’avait pas complété ses études mais on sait aujourd’hui que bien au-delà du diplôme-seul, c’est la force de l’homme qui a fait toute la différence. Imaginez un recruteur qui aurait laissé passer un « Steve Jobs » parce qu’il n’avait pas le bon diplôme! Si ce recruteur travaillait pour une compagnie d’informatique, ça aurait été la plus grande erreur de sa carrière. Un employé passionné par un domaine doit donc pouvoir trouver un recruteur plus allumé que la proverbiale moyenne des ours pour être capable d’entretenir une discussion sereine et porteuse quant à une éventuelle opportunité d’emploi, même si elle ne correspond pas strictement à l’expérience précédemment acquise.

Après avoir quitté un emploi, une réinitialisation fait un bien fou parce qu’à partir du moment où celle-ci a eu lieu, tout devient possible et en milieu de carrière, comme c’est le cas pour moi, c’est un sentiment libérateur où l’on sent qu’on peut choisir de faire quelque chose qu’on aimera encore plus, parce qu’on aura pris le temps de bien choisir.

Reste maintenant à trouver ces recruteurs plus visionnaires que les autres qui n’ont pas peur d’écouter leur instinct afin d’embaucher des étoiles montantes qui mèneront son employeur vers de nouveaux sommets.

Vous aimeriez discuter d’une opportunité d’emploi, dans votre organisation, avec moi? Rien de plus simple, contactez-moi et parlez-moi de technologies, de ventes et de gestion de projets. Je suis à Lévis et je suis disponible.

Ensemble, réalisons de grandes choses afin de multiplier la richesse — la mienne et la vôtre, pour les années à venir!

Claude Gélinas

Expert du web évolué, des médias sociaux, de la vente, des communications et du marketing numérique — parfaitement bilingue, fabuleusement motivé et prêt à joindre votre équipe!

Laisser un commentaire